Nouvelle direction - Rencontre

Ce 29 mai, Edwine Desclin est officiellement entrée en fonction en tant que directrice régionale de l'antenne de Chimay.
En effet, l’ancienne directrice, Marie-Laure Dupont, a pris sa retraite en janvier après 45 années d’une importante implication au sein de l’ADMR.

Son parcours

Disposant d’un master en politique économique et sociale, Edwine Desclin débute sa carrière en tant que responsable de projet et conseillère en création d’entreprises à la Miresem (Mission régionale pour l’Emploi et l’insertion de l’Entre-Sambre-et-Meuse) durant cinq ans. En 2009, elle gère le même poste dans une autre asbl, Jecreemonjob.be, une structure d’accompagnement pour l’autocréation de l’emploi. Par la suite, elle assurera différentes fonctions jusqu’à reprendre la direction de l’asbl. ​
En septembre 2013, elle change d’institution et devient directrice du Musée du Malgré-Tout (CEDARC asbl).

Qu’est-ce qui vous intéresse à l’ADMR ?

Il y a cette relation d’aide aux personnes qui m’attire particulièrement. Je suis beaucoup plus à l’aise dans des relations de proximité.
En réalité, j’ai toujours évolué dans le secteur du non-marchand avec un grand intérêt pour le milieu social. J’ai besoin de me sentir utile et de me poser des questions de sens pour avancer, c’est une philosophie. De plus, je connais assez bien la région et le réseau.

Quelle image en avez-vous ?

Pour moi, l’ADMR c’est un réseau d’experts au service d’une cause locale. Les travailleurs sont du personnel qualifié qui apporte une aide de proximité aux personnes qui en ont besoin. Nous pouvons aussi compter sur des personnes, parmi les membres du CA par exemple, ayant d’énormes compétences dans leur domaine d’expertise.

Quelle(s) attente(s) avez-vous de l’ADMR ?

J’espère surtout approfondir ma connaissance du secteur, de ses réalités et de ses difficultés. Je souhaite pouvoir me rendre utile auprès de tous : bénéficiaires, prestataires, équipes sociale et administrative.
Pour résumer, mes attentes sont de comprendre le monde ADMR et, autant que faire se peut, me rendre utile pour continuer le travail réalisé depuis des années par une équipe compétente.

Quelles sont vos connaissances du service d’aide à domicile ?

Je connais bien évidemment les services offerts par l’ADMR aux bénéficiaires. Mais je connais également, à titre personnel, la réalité et les difficultés que l’on peut rencontrer en tant qu’aidant. Il y a encore beaucoup de choses à mettre en place et à adapter. Bien que chaque situation soit différente, j’essaye de comprendre au mieux les difficultés tant du bénéficiaire que celles des familles ou des prestataires.  

Que pensez-vous pouvoir apporter en tant que nouvelle directrice ?

Pour le moment, je suis encore dans une position de découverte et d’intégration. Dans un second temps, on verra ce qui peut m’être utile dans mes bagages.
En tout cas, j’ai la volonté de m’inscrire dans un esprit de continuité. Je souhaite réellement poursuivre ce que Marie-Laure a réalisé. Nous sommes très forts de ce qu’elle a accompli dans la région, il faut absolument continuer sur cette voie.